Letter about Afghanistan

Owen Ford’s excellent response to the Spec editorial on Afghanistan

Letters to the Editor,
Hamilton Spectator
Tuesday, July 20, 2021, page a11

“Properly assess Canada’s Afghan involvement”

Your editorial discusses the “important unfinished business” of rescuing Afghan translators from the wrath of Taliban forces rapidly sweeping across that ill-starred country.

I suggest the real unfinished business is to properly assess Canada’s Afghan involvement in order to avoid such dismal failures in the future. After 12 long years, what did we accomplish?

At least 125,000 Afghans lost their lives, five million more were driven from their country to find their way elsewhere in the world as refugees. Two million more are internally displaced. Over the 20 years of war, Afghanistan became one of the poorest countries of the world, with women’s incomes and social participation falling to all-time lows. One-hundred and sixty five Canadian soldiers and diplomats sacrificed their lives, with many more injured or burdened with the lifetime consequences of PTSD. Canadian democracy itself was damaged by Stephen Harper’s cynical proroguing of Parliament to dodge the matter of torture and abuse of Afghan detainees and the Canadian people were robbed of an eye-watering $18 billion, itself a conservative figure, better spent improving Canadian lives at home.

It’s clear that Canada’s membership in NATO exposes us to continued risk of further disastrous wars and, in the interest of domestic and global peace, we must exit that obsolete institution, which has more to do with the ugly projection of U.S. imperial power than the safety and defence of the people of Canada.

Owen Ford, Hamilton Coalition To Stop The War, Dundas

 


Excellente réponse d’Owen Ford à l’éditorial spécial sur l’Afghanistan

Lettres au rédacteur en chef,

Hamilton Spectator

Mardi 20 juillet 2021

 

′′ Évaluer correctement l’engagement armé du Canada en Afghanistan ′′

Votre éditorial parle de ′′ l’important travail non fini ′′ de sauver des traducteurs afghans de la colère des forces talibanes qui balayent rapidement ce pays né sous une mauvaise étoile.

Je suggère qu’un travail plus efficace consisterait à évaluer correctement l’engagement militaire canadien afin d’éviter de tels échecs lamentables à l’avenir.

Après 12 longues années, qu’avons-nous accompli ?

Au moins 125,000 Afghans ont perdu la vie, cinq millions de plus ont été chassés de leur pays pour trouver leur chemin ailleurs dans le monde en tant que réfugiés, deux millions de plus sont déplacés à l’intérieur. Au cours des 20 années de guerre, l’Afghanistan est devenu l’un des pays les plus pauvres du monde, avec le revenu des femmes et leur participation à la vie sociale tombant aux plus bas niveaux.

Cent soixante-cinq soldats et diplomates canadiens ont sacrifié leur vie, avec bien davantage de blessés et d’autres accablés à vie par les conséquences du stress post-traumatique.

La démocratie canadienne elle-même a été endommagée par la prorogation cynique du Parlement par Stephen Harper pour éviter la question de torture et d’abus des détenus afghans et le peuple canadien a été dépouillé de 18 milliards de dollars, un chiffre conservateur, qui aurait été mieux dépensé pour améliorer la vie familiale des Canadiens à la maison.

Il est clair que l’adhésion du Canada à l’OTAN nous expose à un risque continu de nouvelles guerres désastreuses et que, dans l’intérêt de la paix intérieure et mondiale, nous devons sortir de cette institution obsolète, qui a plus à voir avec la laide projection du pouvoir impérial américain que la sécurité et la défense du peuple canadien.

Owen Ford, la coalition Hamilton pour arrêter la guerre.

Leave a Reply

Your email address will not be published.